<<< Toutes les nouvelles

10 choses à vérifier avant de choisir son couvreur en 2018

27 mars 2018

Si plusieurs couvreurs proposent des produits similaires pour la réfection de votre couverture de bardeaux d’asphalte, le résultat, lui, peut être bien différent d’un couvreur à l’autre. Faire affaire avec une entreprise sérieuse, intègre et conforme aux lois et règlements est votre gage le plus solide d’un résultat durable. Pour être certain que votre entrepreneur ne tourne pas les coins ronds, voici quelques détails à vérifier avant de signer un contrat :

1) Licence de la Régie du bâtiment du Québec (RBQ)

Élément de base à vérifier, la licence (valide) de la RBQ vous assure que l’entrepreneur avec qui vous songez à faire affaire répond à certaines exigences en matière de connaissances et qu’il a fourni un cautionnement pouvant servir à vous dédommager en cas de fraude ou de travaux non-exécutés. Le numéro de licence de l’entrepreneur doit être inscrit sur tout le matériel qu’il vous remet (estimation, carte d’affaire, publicité, contrat, etc.).

Vous pouvez vérifier la validité de la licence auprès du site web de la RBQ.

2) Office de la protection du consommateur (OPC)

Tout entrepreneur en construction doit posséder un permis valide de vente itinérante délivré par l’OPC, preuve que l’entrepreneur a donné un cautionnement et qu’il n’a pas été reconnu coupable de fraude dans le passé. Cet élément, en plus de l’historique des plaintes envers l’entrepreneur à l’OPC, est à notre avis la vérification la plus importante (et la plus méconnue) qu’un client puisse faire avant d’embaucher un entrepreneur. Le numéro de ce permis doit aussi figurer sur le contrat de vente.

3) Registraire des entreprises

Une autre vérification souvent négligée est celle du registre des entreprises du Québec. En plus d’obtenir la liste des administrateurs de l’entreprise et son statut officiel, vous y trouverez sa date d’incorporation. Une date d’incorporation récente jumelée à un entrepreneur qui vous déclare être en affaire depuis longtemps devrait sonner une alarme : l’entrepreneur a-t-il créé et fermé plusieurs entreprises pour se sauver de clients insatisfait ou faire avorter des poursuites? C’est une question qui se pose.

4) Assurance-responsabilité

Tout entrepreneur en construction, spécialisé ou général, soit détenir une assurance responsabilité servant à vous dédommager en cas d’accident, de bris ou de problèmes avec les travaux. Demandez plus de détails à votre entrepreneur sur sa police d’assurance (numéro de police, date d’échéance, montant de couverture, etc.).

5) Références

N’hésitez pas à demander des références à votre entrepreneur : adresses où il a fait des travaux similaires, coordonnées de clients passés, etc. En plus de constater le niveau de qualité des travaux réalisés par votre entrepreneur, vous aurez une bonne idée de ce qu’en pensent ses clients antérieurs.

Demandez-lui aussi de décrire son travail. Quelles sont ses forces et ses faiblesses? Un entrepreneur honnête n’éprouvera pas de malaise à vous expliquer quels sont les défis de son quotidien et quels sont les points qu’il souhaite améliorer dans son travail. À l’opposé, un entrepreneur qui vous dira que tout est parfait et qui aura du mal à vous parler de ses lacunes vous cache probablement quelque chose…

6) Certification des fabricants

La certification d’un couvreur par un manufacturier de bardeau vous indique que celui-ci est en mesure de vous offrir la pleine garantie sur le produit en question. Certaines entreprises offrent des formations à l’entrepreneur et ses employés, d’autres non. Si certaines entreprises de bardeaux d’asphalte donnent une certification à n’importe quel couvreur qui en fait la demande, d’autres sont beaucoup plus sélectives. Un fabricant comme GAF, par exemple, attend que l’entrepreneur ait été en affaires pendant au moins trois ans et vérifie annuellement certains éléments important comme la validité de l’assurance de l’entrepreneur, de sa licence RBQ, etc.

7) Sous-traitance

L’emploi de sous-traitant est courant dans le milieu de la construction, principalement si vous faites affaire avec un entrepreneur général pour plusieurs travaux en même temps. Cependant, pour un projet de couverture résidentielle, vous vous attendez probablement à faire affaire directement avec l’entreprise que vous avez choisie pour son expérience et son professionnalisme, et non avec un sous-traitant moins rigoureux ou peu qualifié. Demandez à votre couvreur d’indiquer s’il aura recours à des sous-traitants pour effectuer vos travaux.

8) Augmentation du prix en cour de projet

La rénovation exige souvent de composer avec des imprévus, qui peuvent vite se transformer en coûteux “extras” s’ils ne sont pas préalablement prévus ou abordés. Demandez à votre couvreur ce qui pourrait faire monter le prix en cour de travaux et comment seront facturés ces ajouts. Par exemple, s’il y a du bois à remplacer sous le bardeau de ma couverture, combien puis-je m’attendre à payer par pied carré? Un entrepreneur honnête vous expliquera précisément quels sont les imprévus susceptibles de s’ajouter, pourquoi il n’est pas en mesure de les confirmer avant de débuter le travail et la manière dont chaque éventuel “extra” vous sera facturé. 

Un entrepreneur proposant un prix plus bas que sa compétition et insistant sur le fait que tout est inclus pourrait avoir comme projet de faire monter la facture en y ajoutant des “imprévus”. Une bonne comparaison entre les diverses soumissions est de mise.

9) Garanties du couvreur et du fabricant 

Quand recevrai-je mon certificat de garantie du fabricant? Quels sont les termes et exclusions de la garantie du couvreur? En cas de problème avec ma couverture, m’enverra-t-il une équipe dédiée aux urgences ou essaiera-t-il de passer lui-même, quand il aura le temps? Votre couvreur devrait vous fournir un document détaillant non-seulement la garantie sur le produit, mais aussi sa garantie sur l’installation. Un couvreur qui se contente de vous dire que c’est garanti et de l’appeler s’il y a un problème, c’est louche! Qu’est-ce qui est garanti, dans quelle éventualité, combien de temps, quelles sont les exclusions?

10) Un contrat complet, et légal!

Votre contrat doit absolument contenir les éléments suivants pour être complet et légal:

–       Le nom et l’adresse de l’entrepreneur;

–       Le numéro de licence RBQ et le numéro du permis de l’OPC;

–       Les numéros de TPS et TVQ de l’entrepreneur;

–       Votre nom et adresse ainsi que la date de signature du contrat;

–       Une description détaillée des travaux à effectuer et la date de début des travaux;

–       Les détails concernant la garantie sur l’installation et sur les produits;

–       Le coût total et les modalités de paiement;

–       Être accompagné du texte de loi “Énoncé des droits de résolution du consommateur” et d’un formulaire de résiliation de contrat.