<<< Toutes les nouvelles

Qu’est-ce qui détermine la qualité d’une couverture?

28 mai 2018

Dans le domaine de la couverture comme dans bien d’autres sphères de la rénovation, plusieurs options de produits s’offrent au consommateur quand vient le temps de rénover. Le bardeau d’asphalte étant de loin l’option la plus populaire pour les toitures résidentielles en Amérique du Nord, plusieurs fabricants proposent leurs produits. Bien que ces produits se ressemblent en apparence, la qualité diffère souvent à plusieurs égards.

Grosso modo, quatre grands fabricants de bardeaux d’asphalte se partagent le marché québécois : IKO, BP, CertainTeed et GAF. Chaque fabricant propose non seulement son bardeau d’asphalte, mais son système de couverture complet, comprenant aussi toute une gamme de produits complémentaires au bardeau.

Tour d’horizon sur les points à prendre en considération lors du choix d’un système de couverture.

Ensemble de produits

Si le bardeau est le seul matériau visible sur une toiture, c’est tout un ensemble de produits qui assure l’étanchéité du système de couverture. Ces autres composantes agissent tantôt en tant que barrière de protection contre les éléments (membrane, sous-couche, bardeau de départ), tantôt en tant qu’éléments de finition (bardeaux de faîtes). La qualité d’une toiture n’a d’égal que la somme de la qualité de ses composantes et de son installation.

Membrane d’avant-toit

Aussi appelée membrane autocollante ou protecteur d’avant-toit, la membrane d’avant-toit est installée sur les trois à six premiers pieds de la couverture, à partir des rives inférieures, ainsi qu’aux endroits à plus haut risque d’infiltration comme les noues, pourtours de cheminée, les surfaces en aval d’un puit de lumière, etc. Comme ces endroits accumulent plus de neige, de glace et d’eau, il est essentiel d’opter pour une membrane de qualité renforcée de fibre de verre, si possible, afin d’assurer une barrière étanche contre les éléments.

Points à considérer :

  1. La membrane est-elle celle recommandée par le fabricant de bardeau?

  2. La membrane est-elle renforcée de fibre de verre?

  3. Comment se compare l’épaisseur de la membrane par rapport au reste de l’industrie?

Sous-couche

Durant plusieurs décennies, le feutre d’asphalte (ou papier 15 lbs) a été la norme en tant que sous-couche. Heureusement, le règne de ce produit est histoire du passé! Le feutre asphaltique, essentiellement une couche de carton recyclé enduite de goudron, est désormais remplacé par des produits synthétiques beaucoup plus performants. Si certains couvreurs de la vieille école proposent encore le feutre asphaltique, les avantages des nouveaux produits sont nombreux : ils ne se déchirent pas, ne craquent pas et ne perdent pas de leur étanchéité durant leur cycle de vie. Les sous-couches de première qualité, comme Diamond Deck (CertainTeed) et Deck Armor (GAF) sont même conçues pour laisser s’échapper l’humidité, ce qui prévient la dégradation du pontage de bois.

Points à considérer :

  1. La sous-couche est-elle synthétique?

  2. La sous-couche est-elle recommandée par le fabricant?

  3. La sous-couche laisse-t-elle l’humidité s’évacuer?

Le bardeau

Si le bardeau agit sur la couverture comme principale barrière contre les éléments, c’est aussi le seul matériau visible sur le résultat fini. Deux critères sont donc primordiaux : l’endurance et le look!

Autrefois, le choix du consommateur était simple : on choisissait entre un bardeau de 15, 20, 25 ou 30 ans. Tous les bardeaux étaient de type organique, c’est-à-dire à base de papier recyclé, de cellulose ou de fibre de bois. Peu de coloris étaient disponibles et la seule caractéristique qui variait était le poids du produit : plus pesant = plus durable. Rien de très sophistiqué…

Au cour des années 1960, aux États-Unis, puis au début des années 2000, au Québec, les bardeaux architecturaux à base de fibre de verre ont fait leur apparition. Beaucoup plus épais, mais surtout composés de matériaux de meilleure qualité, ces bardeaux ont une durée de vie de 50 à 75% supérieure à celle des bardeaux organiques.

Chaque fabricant offre un éventail de coloris, assortis d’effets dimensionnels, que le consommateur peut agencer avec le reste de sa propriété, selon ses goûts. Certains fabricants ajoutent aussi un agent anti-fongique à leur produit, ce qui réduit ou élimine l’apparition de cyanobactérie, aussi appelée algue de toit.

Points à considérer :

  1. Le bardeau est-il organique ou à base de fibre de verre?

  2. Le bardeau contient-il un agent anti-fongique?

  3. Le bardeau s’agence-t-il bien avec le reste de ma propriété?

Autres considérations

Aération

L’aération est un facteur qui est encore souvent très mal compris par bien des couvreurs. Il faut savoir que l’aération de l’entre-toit constitue un facteur majeur dans la durabilité d’une couverture, mais aussi dans la prévention de moisissure et d’humidité excessive. Si la plupart des couvreurs vous proposeront l’ajout d’aérateurs d’entre-toit, rares sont ceux qui visiteront l’entre-toit pour inspecter les entrées d’air (soffites). Il est important de comprendre qu’un aérateur ne sert qu’à évacuer l’air chaud de l’entre-toit. Il est donc complètement inefficace si l’air frais ne trouve pas son chemin convenablement jusqu’à l’entre-toit, ou encore si deux aérateurs sont installés à des hauteurs différentes sur une même couverture (erreur que les couvreurs font fréquemment). Lorsqu’on installe un nouvel aérateur, il est également important de boucher toutes les autres ouvertures qui pourraient laisser entrer l’air dans l’entre-toit (autres que les soffites).

Points à considérer :

  1. L’aérateur est-il de capacité suffisante pour le volume de l’entre-toit?

  2. L’aérateur est-il installé convenablement?

  3. Les soffites laissent-ils entrer l’air frais dans l’entre-toit?

  4. Les soffites sont-ils la seule entrée d’air de l’entre-toit?

Les garanties

Votre couvreur devrait être en mesure de bien vous expliquer la garantie de son produit. Méfiez-vous d’un couvreur qui se contente de vous rassurer en vous disant simplement que votre couverture est garantie à vie, ou 50 ans, sans vous expliquer les nuances et les exclusions : vous pourriez avoir de mauvaises surprises plus tard!

Généralement, la garantie du fabricant ne couvre qu’une seule chose : la qualité du produit. Certains fabricants appliquent aussi un prorata en fonction de l’âge de la couverture en cas de réclamation. Dans tous les cas, votre couvreur doit être certifié par le fabricant ET avoir installé le produit selon les normes de celui-ci pour que la pleine garantie soit valide.

Chaque fabricant a ses propres critères en ce qui concerne le transfert de garantie. Certains vous autoriseront à la transférer à un nouveau propriétaire pendant 10 ans, d’autres pendant 15 ou 20 ans.

Tous les fabricants n’ont pas la même définition d’un « défaut de fabrication ». Certains ne garantissent leurs produits qu’en cas d’arrachement par le vent ou de perte d’étanchéité alors que d’autres garantiront aussi la décoloration, le soulèvement des bardeaux et l’apparition de cyanobactérie.

Points à considérer :

  1. Le couvreur est-il certifié par le fabricant?

  2. Dans quel cas puis-je réclamer auprès du fabricant?

  3. Est-ce que la garantie est complète ou à prorata?

  4. Pendant combien d’années puis-je transférer la garantie à un nouveau propriétaire?

En conclusion, les questions suivantes sont importantes à se poser lorsque vient le temps de remplacer sa couverture :

  1. Quelle qualité de membrane est offerte?

  2. Quelle qualité de sous-couche est offerte?

  3. Comment se compare le bardeau proposé face aux autres modèles disponibles?

  4. L’aération de l’entre-toit est-elle adéquate?

  5. Le couvreur est-il en mesure de bien m’expliquer les nuances de la garantie sur son produit?

Cette lecture a soulevé des questions dans votre esprit? Envoyez nous un courriel ou donnez nous un coup de fil pour y voir plus clair!