Le remplacement d'une toiture de bardeau en 7 étapes

30 septembre 2020 / Conseils, Toitures de bardeaux

Lorsque vient le temps de remplacer une toiture de bardeau, plusieurs questions nous passent par la tête! Quel bardeau choisir, avec qui faire affaire, comment fonctionnent les garanties, est-ce qu’il y aura des mauvaises surprises, comment se dérouleront les travaux? 

Pour vous aider à y voir plus clair, nous avons décortiqué le processus de remplacement de toiture de bardeau en 7 étapes faciles à comprendre. Parce que mieux vous êtes informés, meilleures seront vos décisions. Voici tout ce que vous devez savoir sur les toitures de bardeau d’asphalte. 

1. Déterminer si la toiture doit être remplacée

 

Avant d’envisager un remplacement de toiture, il faut évidemment s’assurer que la toiture a bel et bien besoin d’être remplacée! Une toiture est une composante qui s’use lentement tout au long de sa vie. Le moment de la remplacer dépend de plusieurs facteurs, mais c’est d’abord une question de gestion du risque. 

Prenons l’exemple d’une ampoule: elle s’allume ou ne s’allume pas. Il n’y a pas de questionnement à se poser: si elle ne s’allume plus, on doit la remplacer. 

La toiture est plutôt comme une vieille voiture. Lorsqu’on commence à craindre une panne, que les bris s’enchaînent ou qu’il en devient plus coûteux de la remettre en état que de la remplacer, on passe au prochain appel! 

On prend normalement la décision de remplacer une couverture lorsque:

  • plusieurs éléments nécessitent des réparations;
  • l’usure du bardeau est généralisé;
  • le prix des réparations est si élevé qu’un remplacement est plus logique;
  • on constate une fuite ou un risque de fuite.

 

Les signes que la toiture doit être remplacée

En portant un oeil attentif aux bons indices, on peut assez facilement déterminer si une toiture de bardeau doit être remplacée. La vérification se divise en deux phases: l’entretoit et l’extérieur de la toiture. 

 

Infiltrations d’eau

On voudra tout d’abord s’assurer que la toiture joue son rôle principal, être étanche! Même s’il n’y a pas de dégât d’eau à l’intérieur, la toiture peut couler dans l’entretoit. Pour le savoir, une visite du grenier s’impose. Il est parfois plus facile de vérifier l’étanchéité de la toiture lorsqu’il pleut, mais il est tout de même possible de le faire lorsqu’il ne pleut pas.

Avec une lampe de poche et un masque, on accède à l’entretoit par la trappe d’accès souvent très mal située, comme dans un garde-robe. Rassurez-vous, il s’agit de l’étape la plus désagréable: le reste est relativement facile! 

On examinera d’abord le cadrage de la trappe d’accès. Y a-t-il des cernes, de la moisissure ou du bois gonflé? Si oui, ça peut être deux choses: infiltration d’eau, mais plus souvent un frimas créé par une mauvaise isolation de la porte de la trappe. 

On vérifie ensuite les combles et le pontage de bois (contreplaqué ou planches qui supportent le bardeau). Est-ce qu’on voit des cernes, des traces d’eau, de la moisissure ou de la pourriture? Si oui, c’est signe que des vérifications plus approfondies sont nécessaires. 

On vérifie ensuite l’isolant. Est-ce que certaines sections sont compactées, comme si des gouttes d’eau étaient tombées? On relève légèrement l’isolant, on touche le pare-vapeur. Est-ce humide? 

Dernière chose avant de quitter l’entretoit: on vérifie les parois de cheminées et les jonctions dans la toiture. Est-ce qu’on remarque des traces de fuites, de la rouille ou tout autre indice? Si un puits de lumière est installé, on vérifie la portion de toiture en aval. Pas de signe de fuite? C’est un excellent départ! 

 

Bardeau usé ou dégradé

L’inspection se transporte ensuite au dessus de la toiture. L’idéal est de monter sur le toit, ce qui peut être dangereux. N’hésitez pas à contacter un expert si l’exercice vous semble trop risquée. 

Sur la couverture, on vérifie l’état du bardeau. Manque-t-il des feuilles de bardeau? Deux ou trois bardeaux manquants peuvent être le résultat de vents violents, mais s’il en manque plus, c’est que le bardeau s’est fragilisé avec le temps ou qu’il a été mal installé. 

Est-ce que le bardeau est délaminé? Avec le temps, il perd ses granules et se retrousse vers le haut. Quelques bardeaux retroussés dans une jonction ne sont souvent pas dramatiques, mais si plus 20% des bardeaux sont retroussés ou abîmés, c’est signe qu’il est temps de remplacer la toiture. 

Un bardeau retroussé est un bardeau qui est cuit. Sa résistance au vent est extrêmement faible et son étanchéité est grandement diminuée. Mieux vaut ne pas prendre de chance! 

 

Clous visibles sur la toiture

On vérifie ensuite si des clous sont apparents. On portera une attention particulière à la faîtière et aux sections près des rives. 

Les clous apparents sont un risque évident d’infiltration d’eau. L’eau n’a habituellement pas de mal à ruisseler sur la paroi d’un clou pour se retrouver dans le pontage, puis dans l’entretoit. Le pontage n’étant pas conçu pour résister à l’eau, il aura tendance à gonfler, à moisir puis à pourir, ce qui signifie que des travaux plus importants pourraient être nécessaires pour le remettre en état.

 

Solins d’étanchéité tordus ou abîmés

Dernière chose à vérifier mais non la moindre: les solins d’étanchéité. Ces solins sont des tôles installées aux endroits critiques afin de rediriger l’eau sur la toiture. 

On en trouve autour de la cheminée, des puits de lumière, de l’évent de plomberie, à la jonction entre la toiture et un mur, etc. On vérifie leur état, s’ils sont bien bien fixés, pas déformés, qu’il n’y a pas de clous ou de vis apparents et qu’ils ne sont pas rouillés. 

 

Consultez notre aide-mémoire pour l’inspection de votre toiture

 

2. Déterminer ce dont votre toiture a besoin

 

Votre inspection vous a convaincu que vous deviez remplacer la couverture? Avant de demander des soumissions à des couvreurs, vous pouvez facilement vous faire une idée de ce qu’aura besoin votre prochaine couverture! 

Choisir son bardeau

Le bardeau le plus commun de nos jours est appelé architectural. Il s’agit d’un bardeau double épaisseur renforcé de fibre de verre. Il faut comprendre qu’il s’agit toujours de bardeau d’asphalte mais que la fibre de verre remplace le carton dans l’assemblage de chaque feuille. 

On choisit généralement son bardeau en fonction des facteurs suivants: 

  • un manufacturier de bonne réputation qui nous inspire confiance;
  • la garantie du manufacturier associée au produit;
  • un look qui convient à notre résidence et à nos goûts;
  • le budget qu’on souhaite allouer à la réfection de notre toiture;
  • les conditions climatiques de l’endroit où sera installé le produit.

 

Une toiture est un système

Si on pense d’abord au bardeau, les autres composantes de la toiture sont tout aussi importantes! Le principe du maillon le plus faible s’applique: la qualité d’une couverture est égale à la qualité de sa composante la plus faible. Mieux vaut ne pas lésiner sur les détails. 

C’est d’ailleurs pour cette raison qu’une bonne pratique de l’industrie est de travailler avec des «familles» de matériaux: on veut que toutes les composantes viennent du même manufacturier. Si une avarie devait survenir, le manufacturier vérifiera que ce sont ses produits qui ont été installés, pas seulement son bardeau. Le manufacturier pourrait refuser de garantir votre toiture si des produits de marques concurrentes ont été installés sous le bardeau. 

 

La membrane autocollante

Une membrane d’étanchéité s’installe sur les rives de la toiture, sur une largeur de 3 à 6 pieds. On l’installe également dans les jonctions entre les versants de toiture et aux endroits sujets aux fuites, comme les pourtours de cheminée et de puits de lumière. 

Il existe des membranes plus robustes pour les toitures sujettes aux accumulations de glace ou situées à des endroits très venteux. En fonction du manufacturier de votre choix, vérifiez quelle membrane est requise pour votre situation. 

Si votre toiture est équipée d’un puits de lumière, la surface en aval de celui-ci doit être entièrement recouverte de membrane. Les puits de lumière créant souvent des barrières de glace en hiver, vous voulez absolument installer une protection plus robuste sous le bardeau à cet endroit! 

 

La sous-couche pour toiture

La sous-couche est une sorte de toile appliquée sur toutes les surfaces qui ne sont pas recouvertes de membrane. Elle agit comme protection intermédiaire entre le bardeau et le pontage de la couverture. 

Autrefois, le feutre asphaltique (papier 15 lbs) était roi en matière de sous-couche. Aujourd’hui, les sous-couches sont généralement fabriquées de fibres synthétiques et ont une certaine respirabilité. C’est cette propriété qui leur permet d’évacuer l’humidité du pontage et de prévenir la moisissure. 

Chaque manufacturier propose ses propres sous-couches dont les propriétés varient. Les quatre principales propriétés recherchées dans une sous-couches sont: 

  • l’imperméabilité. Après tout, la sous-couche est une barrière supplémentaire contre les éléments. Sa capacité à repousser l’eau est primordiale;
  • la résistance à la déchirure. Pour des raisons évidentes, la sous-couche ne doit pas se déchirer autour des clous lors de son installation;
  • l’adhérence. La sous-couche est située directement sous le bardeau et doit lui permettre de bien adhérer à sa surface;
  • la respirabilité. Une sous-couche ne doit pas garder l’humidité emprisonnée, elle doit lui permettre de s’évacuer.

Avant tout, il incombe d’opter pour la sous-couche recommandée par le manufacturier du bardeau que l’on a choisi. Le fabricant, connaissant ses produits mieux que quiconque, est le mieux placé pour concevoir des sous-couches optimisées pour son bardeau! 

 

Les larmiers

Les larmiers sont des bandes métalliques qu’on installe sur les rives, au bas des pentes. Leur rôle est de diriger l’eau dans les gouttières et surtout de l’empêcher de s’infiltrer dans l’avant-toit. 

Si votre toiture est déjà munie de larmiers, il pourrait être possible de les conserver sans avoir à les remplacer. Vérifiez d’abord si votre toiture est équipée de larmiers, puis vérifiez-en l’état. Sont-ils bossés, percés ou mal fixés? Si c’est le cas, mieux vaut les remplacer. 

Certains types de travaux requièrent un remplacement des larmiers. Par exemple, si vous remplacez ou doublez le pontage de bois, les larmiers devront être remplacés. Votre couvreur sera en mesure de vous conseiller sur les larmiers avant de débuter les travaux. 

 

L’aération de votre entretoit

L’aération (aussi appelée ventilation) d’un entretoit est très simple lorsqu’on comprend son principe. En gros, votre grenier a besoin d’une entrée et d’une sortie d’air. L’échange d’air se fait par principe d’effet cheminée.

 

L’effet cheminée

La température d’un entretoit est toujours plus élevée que la température extérieure. En été, l’air de l’entretoit est réchauffé par l’absorbtion de chaleur du bardeau d’asphalte. En hiver, c’est la chaleur s’échappant du bâtiment qui réchauffe l’entretoit. Dans les deux cas, il fait toujours plus chaud dans l’entretoit! 

Comme l’air chaud se déplace vers le haut, on installe une sortie d’air au sommet de la toiture pour permettre à l’air de s’échapper. C’est ce qu’on appelle un aérateur. Pour combler le vide laissé par l’air chaud s’étant échappé, on installe des entrées d’air frais au bas de la toiture. Ce sont les soffites. 

Il y a donc une circulation d’air constante – et passive – qui se produit dans l’entretoit. Cette circulation permet à l’humidité d’être évacuée et sert à tempérer la température de l’entretoit. 

Il y a trois éléments principaux à vérifier au niveau de l’aération: 

  • les sorties d’air (aérateurs). Les aérateurs doivent être installés au sommet de la couverture et doivent être en nombre suffisant pour la superficie de votre couverture. Chaque section de toiture doit posséder au moins une sortie d’air, à moins que son entretoit ne communique avec une autre section ventilée;
  • les entrées d’air (soffites). Les soffites doivent laisser l’air frais entrer librement dans l’entretoit. On vérifiera donc que la laine isolante «n’étouffe» pas les soffites. 

Astuce: pour savoir si les soffites laissent bien l’air entrer, on se glisse la tête dans l’entretoit et on s’assure de voir la lumière entrer au bas de chaque pente. 

  • les ouvertures indésirables. Certaines maisons sont équipées d’ouvertures dans le revêtement, tout en haut des pignons. Ces ouvertures datent de la construction et ne sont pas compatibles avec les aérateurs modernes de toiture. Elles doivent absolument être bouchées, sans quoi elles empêcheront une bonne aération par effet cheminée. On les bouche de l’intérieur avec du contreplaqué, du ruban adhésif ou une membrane. 

 

Le pontage de toiture

Le pontage est un élément majeur de votre couverture: c’est sur lui que repose toute la toiture! Il s’agit d’une couche de bois fixée aux solives, sur laquelle sont installées toutes les autres composantes de la toiture. 

On inspecte le pontage du dessous, en visitant l’entretoit! Si la toiture a subi une infiltration, il est fort possible que le pontage ait été affecté. Des signes de moisissure, de pourriture ou de bois gonflé sont de bons indicateurs que des travaux de pontage sont à envisager. On peut soit réparer le pontage en n’en changeant qu’une portion, soit le remplacer au complet. 

Le pontage a la particularité de n’être accessible que lors d’un remplacement de couverture. Une fois la nouvelle toiture installée, on devra la retirer à nouveau pour réparer le pontage. En cas de doute, mieux vaut profiter de cette rare occasion pour effectuer les travaux qui s’imposent! 

Sur les maisons d’un certain âge, le pontage est constitué de planches de bois. Ces planches, au fil des années et des remplacements de toiture, ont tendance à fendre. Bien qu’encore rigide, ces planches constituent une base de clouage de piètre qualité pour le bardeau. 

Sur les maisons plus récentes, le pontage est constitué de feuilles de contreplaqué ou d’OSB. Selon les époques, ces feuilles sont parfois très minces (jusqu’à ⅜ de pouce)! Après quelques décennies, un pontage mince a tendance à s’affaisser. On observe alors des déformation sur la couverture et des surfaces qui devraient être bien droites sont vallonnées. 

Un pontage déformé est un signe sans équivoque qu’un doublage ou un remplacement doit être envisagé! 

 

Remplacement ou doublage du pontage?

Un pontage de planches nécessite une attention particulière si: 

  • le bois semble sec et fragile;
  • le bois est fendillé à plusieurs endroits;
  • on retrouve plusieurs éclisses de bois, détachées du pontage;
  • le bois est cassé, pourri ou moisi à certains endroits. 

Un pontage de contreplaqué ou d’OSB nécessite une attention particulière si: 

  • la surface du toit est déformée;
  • on retrouve de la moisissure, de la pourriture ou une planche cassée;
  • il est noirci;
  • il est gonflé. 

Si des correctifs doivent être apportés, deux options s’offrent à vous: doubler ou remplacer le pontage, en tout ou en partie. 

 

Doubler un pontage

Un doublage de pontage consiste à ajouter une couche de contreplaqué ou d’OSB sur le pontage existant pour lui donner du corps et de la rigidité. Il s’agit de l’option la moins coûteuse et on peut en tirer d’excellents résultats, à condition que le pontage existant soit sain. On doublera généralement un pontage lorsqu’il est composé de planches ou d’un contreplaqué trop mince. 

 

Remplacer un pontage 

Lorsqu’il y a présence de moisissure, de pourriture, de bois gonflé ou lorsque le pontage existant est très abîmé, un remplacement est tout indiqué. Si le pontage dans son ensemble est en bon état mais qu’une petite partie nécessite un remplacement, il est possible de ne remplacer qu’une section de pontage. 

Pour procéder, on retire le vieux pontage et on installe un contreplaqué d’une épaisseur minimale de ½ pouce. On ne remplace jamais un pontage par un OSB. 

 

3. Demander des soumissions pour un remplacement de toiture

 

Ça y est, vous avez inspecté votre toiture et avez déjà une bonne idée de ce dont aura besoin votre nouvelle couverture! Il est maintenant temps de vous lancer dans les choses sérieuses: demander des soumissions pour votre projet! 

Vous gagnerez à user de stratégie ici: ne dévoilez pas trop vite votre jeu! Vous avez fait vos devoirs et vous avez déjà une petite liste de points à aborder. Laissez les entrepreneurs évaluer votre couverture et soyez attentif: c’est l’occasion de différencier les experts des amateurs! 

 

Un entrepreneur digne de confiance: 

  • remarquera les points que vous avez observés et vous en informera;
  • vous conseillera sur les correctifs à apporter;
  • vérifiera votre entretoit;
  • montera sur votre toiture pour l’inspecter;
  • vous proposera plusieurs options de produits;
  • sera en mesure de vous expliquer les différences entre les produits. 

Obtenez une soumission de La Boîte C pour le remplacement de votre toiture

 

Si vous avez remarqué un élément inquiétant, par exemple un problème dans l’entretoit, l’entrepreneur doit vous en parler! S’il ne le fait pas, cela pourrait indiquer deux choses: 

  • l’entrepreneur n’est pas consciencieux;
  • l’entrepreneur n’est pas transparent. 

Dans les deux cas, cela peut vouloir dire que l’entrepreneur ne fera pas les travaux qui s’imposent, ou encore que vous aurez des «surprises» durant les travaux (i.e. de coûteux extras). Mieux vaut avoir l’heure juste dès le départ! 

 

Posez des questions

C’est normal que vous ayez des questions! Ne soyez pas timide: posez vos questions aux entrepreneurs que vous rencontrerez! Un entrepreneur digne de confiance vous répondra intelligemment, sans vous faire sentir ridicule. Après tout, vous faites affaire avec un expert car la toiture est son domaine de compétence, pas le vôtre. Il n’y a pas de mal à poser toutes les questions qui vous passent par la tête, comme: 

  • combien de temps dureront les travaux?
  • combien d’employés seront affectés à votre projet? 
  • est-ce que l’entrepreneur sera présent pour superviser le chantier?
  • comment seront facturés les travaux non-prévus, s’il y en a?
  • quels sont les termes de paiement?
  • quels sont les modes de paiement acceptés?
  • qu’est-ce qui pourrait faire qu’un problème ne soit pas garanti?

Plus d’information sur les garanties

 

Comparer les soumissions

Une soumission doit absolument contenir: 

  • les coordonnées complètes de l’entrepreneur;
  • le numéro de licence de la RBQ de l’entrepreneur, que vous pouvez vérifier ici;
  • le numéro de permis de l’OPC de l’entrepreneur, que vous pouvez vérifier ici
  • les numéros de taxes de l’entrepreneur, que vous pouvez vérifier ici
  • la description des produits proposés et la garantie du fabricant;
  • les certifications de l’entrepreneur auprès des fabricants;
  • la description détaillée des travaux et la garantie offerte sur la main d’oeuvre;
  • la manière dont les éventuels travaux supplémentaires seront calculés. 

Toutes ces informations vous seront fort utiles pour vous assurer que l’entrepreneur est sérieux, en règle et que l’offre qu’il vous soumet convient réellement à vos besoins. 

Combien coûte une toiture de bardeau?

Le prix de base du remplacement d’une toiture de bardeau dépend d’une foule de facteurs. Vous pouvez vous attendre à payer entre 3,50$ et plus de 5,00$ par pied carré remplacé sur une toiture, selon sa complexité. Attention, il faut calculer la surface réelle de la toiture, pas celle au sol. 

Il faut ensuite ajouter le prix des options retenues, lorsqu’il y en a. Le remplacement du pontage, des solins, des puits de lumière, etc. peuvent augmenter le coût total de la toiture de plus de 50%, selon la nature du travail à faire. 

Facteurs qui affectent le plus le prix d’une toiture: 

  • la complexité de votre toiture;
  • la superficie à recouvrir;
  • les travaux additionnels à effectuer, comme les travaux de pontage;
  • la pente de votre toiture;
  • les matériaux que vous choisissez.

Essayez notre estimateur virtuel de toitures

Comment économiser sur un remplacement de toiture? 

En toiture, il n’y a pas de Black Friday, de Boxing Day ou de soldes annuels. Les prix sont ajustés en fonction du coût des matériaux et de la main d’oeuvre et fluctuent très peu dans l’année.

Ce qui compte le plus, c’est que les travaux nécessaires soient bien faits. Omettre un détail important est ce qui coûtera le plus cher. Par exemple, un pontage endommagé qui n’a pas été remplacé finira par vous faire faux bond, ou sortira négativement lors d’une inspection au moment de revendre votre propriété. Un solin endommagé qui n’a pas été remplacé finira par fuire, ce qui nécessitera de coûteux correctifs.

La meilleure affaire que vous puissiez faire, c’est d’opter pour un entrepreneur consciencieux qui vous expliquera en détail vos options et vous permettra de prendre des décisions éclairées. 

 

4. Choisir un entrepreneur

 

Vous avez comparé les soumissions reçues et vous êtes prêt à aller de l’avant. Vous devez maintenant vous assurer que l’entrepreneur que vous choisissez est digne de confiance! 

Vérifiez la réputation de l’entrepreneur

Une source très accessible pour vérifier la réputation d’un entrepreneur est Google, tout simplement. Tapez le nom de l’entrepreneur, trouvez son entreprise sur la carte et lisez les avis laissés par les clients passés. Déjà, vous aurez une première impression de ce à quoi vous attendre en faisant affaire avec lui. 

L’entrepreneur n’a pas d’avis sur Google? En 2020, c’est plutôt curieux. Est-il nouvellement en affaires? Son entreprise a-t-elle changé de nom dernièrement? Si oui, des vérifications approfondies sont de mise.

 

Demandez des références

Un entrepreneur de confiance n’aura aucun mal à vous donner des adresses où vous pourrez constater la qualité de son travail. Mieux encore, il vous donnera les coordonnées de clients récents que vous pouvez contacter pour avoir des références. Faites-le! 

 

Vérifiez les certifications de votre entrepreneur

Si votre entrepreneur est certifié par un manufacturier de bardeau d’asphalte, vous retrouverez son nom dans la liste du manufacturier. Les certifications vous assurent que l’entrepreneur est reconnu par le fabricant comme un installateur de confiance. 

Si votre entrepreneur n’est pas certifié par le fabricant, les garanties sur les matériaux risquent de ne pas s’appliquer sur votre toiture. Tout le monde peut acheter du bardeau d’asphalte chez Rona mais seuls les installateurs certifiés peuvent offrir les garanties complètes.

 

Méfiez-vous du piège des garanties!

Il y a deux garanties qui couvrent votre toiture. La garantie du manufacturier couvre les défauts de fabrication des matériaux et celle du couvreur couvre l’installation. En cas de problème, vous ne souhaitez vraiment pas vous retrouver entre un entrepreneur et un manufacturier qui se lancent la balle au sujet de la responsabilité!

Certains couvreurs préfèrent rester vagues sur la garantie couvrant leur installation. Ils n’ont parfois même pas de document explicant la garantie sur leur travail. Il faut comprendre que la garantie du manufacturier ne couvre que la qualité du bardeau. Si le défaut est causé par une mauvaise installation, c’est la garantie du couvreur qui vous protègera. Plus souvent qu’autrement, les problèmes découlent d’une mauvaise installation bien avant un défaut de fabrication du bardeau. Il est donc primordial d’avoir un document clair spécifiant ses inclusions et exclusions!

Exigez du couvreur qu’il vous fournisse la liste des inclusions et exclusions de sa propre garantie sur l’installation! S’il ne peut pas le faire, méfiez-vous: il pourrait être très difficile d’avoir son assistance en cas de problème!

 

Signez un contrat en bonne et due forme

Pour avoir le droit d’effectuer des travaux de toiture au Québec, la loi exige que votre entrepreneur détienne certaines licences et certains permis. Le contrat de l’entrepreneur doit clairement vous renseigner sur: 

L’entrepreneur doit également vous fournir: 

  • l’énoncé de vos droits en tant que consommateur, rédigé par l’OPC;
  • un formulaire de résolution du contrat, rédigé par l’OPC. 

Pour être en règle, le contrat doit également contenir:

  • les coordonnées complètes de l’entrepreneur;
  • la description des produits proposés et la garantie du fabricant;
  • les certifications de l’entrepreneur décernées par les fabricants;
  • la description détaillée des travaux et la garantie offerte sur la main d’oeuvre;
  • la manière dont les éventuels travaux supplémentaires seront calculés.

 

Astuce: assurez-vous que la licence de la Régie du Bâtiment du Québec concorde avec le nom de l’entreprise inscrite au contrat. Une licence ne peut pas être partagée entre plusieurs entreprises. 

 

5. Se préparer au remplacement de toiture

 

Même si l’entrepreneur s’occupe des matériaux et de la main d’oeuvre, vous avez également quelques devoirs à faire avant le début des travaux. 

 

Demander un permis à votre municipalité

Certaines municipalités exigent que vous obteniez un permis pour les travaux de remplacement de toiture. C’est le cas de Montréal, Saint-Lambert, Longueuil et de Boucherville, entre autres. 

Pour obtenir un permis ou pour savoir si vous avez besoin d’un permis, consultez le site web de votre municipalité ou de votre arrondissement. 

 

Préparer votre maison pour les travaux de toiture

Pour éviter des bris et permettre aux ouvriers de faire un travail optimal, il est conseillé de prendre certaines précautions avant les travaux. 

Commencez par retirer les objets encombrants ou fragiles à proximité. Les arrosoirs, le mobilier extérieur, les jeux d’enfants, les balançoires et les auvents sont sujets à être accidentellement endommagés durant les travaux. Mieux vaut les rassembler à distance raisonnable de votre maison. 

Tondez votre gazon! Un gazon court facilitera le nettoyage pendant et après les travaux. Par exemple, les clous perdus seront plus faciles à repérer et à retirer d’un gazon fraîchement coupé. 

Libérez votre entrée et éloignez vos voitures. L’entrepreneur installera un conteneur le plus près possible de votre toiture pour y déposer les rebuts. Assurez-vous que la voie est libre! 

Avisez vos voisins. Par courtoisie, vous pouvez aviser vos voisins que des travaux bruyants auront lieu chez vous. Ça leur évitera de se faire réveiller au son mélodieux des scies et des marteaux. Si votre voisin a une voiture ou des objets fragiles à proximité de la limite de votre terrain, il serait avisé de lui proposer d’éloigner ces objets. Par journées très venteuses, il peut arriver que des objets tombent du toit. 

 

6. Le remplacement de la toiture

Les travaux de toiture débutent généralement tôt. Le conteneur à rebuts arrive vers 6h30 et les employés un peu avant 7h00. 

La première étape et les préparation de l’environnement de travail. Les couvreurs doivent protéger tout ce qui est susceptible d’être endommagé: porte de garage, thermopompe, luminaires, etc. Ils couvrent aussi les surfaces de pavé uni et les balcons à proximité des travaux. 

Ensuite débute l’arrachage de l’ancienne toiture. C’est l’étape qui fait le plus de poussière et de débris. Les couvreurs retirent les anciens matériaux et en disposent dans la benne à ordures. Une vérification du pontage est effectuée à ce moment car on peut observer celui-ci dans son entièreté. Si des travaux de pontage non-prévus s’imposent, c’est à ce moment que l’entrepreneur doit vous en parler.

Une fois l’ancienne toiture arrachée, certains journaliers seront affectés à nettoyer les alentours alors que les couvreurs débuteront l’installation des membranes et sous-couches. Puis, l’installation du bardeau débute. Comme les installateurs utilisent des compresseurs et des marteaux pneumatiques, cette étape est relativement bruyante. 

Une fois le nouveau bardeau installé, les aérateurs et les solins de finition seront installés. Un nettoyage des alentours sera également effectué au moyen d’aimants pour ramasser les clous tombés. 

C’est à ce moment que le responsable du chantier devrait faire le tour des travaux avec vous pour confirmer que le travail respecte ce qui était prévu au contrat. Si vous remarquez des détails qui vous semblent anormaux ou inquiétant, faites-en part au responsable. Il est beaucoup plus simple pour tout le monde d’effectuer les ajustements et correctifs alors que les employés et l’équipement sont toujours sur place. 

 

Attention aux disjoncteurs

Lors des travaux, les couvreurs devront brancher leurs outils aux prises extérieures de votre maison. Certains outils, comme les compresseurs, sont très exigeants en terme de courant et peuvent faire sauter les disjoncteurs. Ce n’est rien qui peut endommager votre circuit, mais il est recommandé que quelqu’un reste à la maison pour enclencher le disjoncteurs si cette situation se produit, de manière à éviter les pertes de temps. 

 

Durée du remplacement de toiture

La durée des travaux dépend évidemment de la toiture à remplacer. La toiture d’un bungalow de 1200 pieds carrés se remplace normalement en l’espace d’une journée par quatre travailleurs. Une maison avec une pente plus prononcée ou une superficie plus importante peut demander deux jours de travail, voire plus. 

 

7. Ce que vous devez faire après les travaux

 

Une fois les travaux terminés, il est fortement recommandé de refaire soi-même un nettoyage préventif du terrain. Certains clous dissimulés peuvent toujours être présents, de même que certains débris dans les plates-bandes. Même les couvreurs les plus minutieux peuvent difficilement tout ramasser lors du nettoyage. Le gazon, les obstacles et la végétation font en sorte que certains débris risquent d’être toujours présents. Soyez prudent! 

 

Enregistrer la garantie de votre toiture

La plupart des fabricants de bardeau exigent que la garantie soit officiellement enregistrée auprès d’eux pour qu’elle soit valide. C’est au couvreur d’enregistrer la garantie, pas à vous. 

Le couvreur doit remplir un formulaire avec vos coordonnées, les informations relatives au travail effectué et aux produits utilisés. Il doit ensuite acquitter certains frais de traitement, qui sont inclus dans votre contrat.

Suite à la réception du formulaire, le manufacturier s’assurera que le couvreur possède les certifications requises à la garantie demandée. Lorsqu’il approuve la garantie, le manufacturier vous fera parvenir un certificat d’attestation de garantie. Vérifiez-y les informations et conservez le précieusement! 

 

Qu’est-ce qui est couvert par la garantie de la toiture? 

La garantie du manufacturier couvre les défauts de fabrication des matériaux. Un bardeau qui se décolore, se délamine ou se dénude de ses granules est normalement couvert par le fabricant à condition qu’il ait été bien installé.

Un bardeau qui se dégrade trop rapidement alors qu’il a été bien installé est normalement couvert par la garantie du manufacturier. Généralement, le bardeau doit avoir été installé sur une sous-couche et une membrane du même manufacturier pour que la garantie s’applique. 

Le couvreur doit aussi vous offrir une garantie sur son travail. La garantie sur l’installation couvre les problèmes découlant d’une installation inadéquate. Les problèmes relatifs aux fuites d’eau sur une toiture neuve sont généralement dûs à l’installation plus qu’à la qualité des matériaux. 

La manière d’interpréter la garantie sur l’installation diffère d’un couvreur à l’autre. Comme les réparations de toitures peuvent rapidement devenir coûteuses, assurez-vous de bien comprendre la garantie que votre couvreur vous offre sur son travail. Référez-vous aux inclusions et exclusions de la garantie du couvreur pour savoir si une situation est couverte.

 

Qu’est-ce qui n’est pas couvert par la garantie de la toiture? 

Même s’il est tentant de croire qu’une toiture neuve est garantie à 100%, certaines exceptions peuvent s’appliquer. Chaque cas est unique et votre couvreur doit vous indiquer clairement ce qui est garanti et ne l’est pas dans son contrat. 

  • Les infiltrations découlant d’un barrage de glace ne sont généralement pas couvertes. 

  • Les infiltrations provenant d’un puits de lumière ou de toute composante qui n’a pas été remplacée ne sont généralement pas couvertes. 
  • Les anomalies provenant de surfaces où des travaux ont été effectués par un tiers suite au remplacement de toiture ne sont normalement pas couvertes. Si vous souhaitez installer des accessoires sur votre toiture après son remplacement, vous devez d’abord contacter l’entrepreneur qui a effectué les travaux. Celui-ci pourra vous indiquer les mesures à prendre pour conserver votre garantie. 

  • Évidemment, tout dommage engendré par la négligence du client ne sera pas couvert. Par exemple, si les branches d’un arbre qui aurait dû être émondé a abîmé votre bardeau, ce n’est ni la faute du couvreur, ni celle du manufacturier. Même chose si vous avez abîmé votre bardeau en le déglaçant. 
  • Les anomalies qui n’ont pas été communiquées à l’entrepreneur dès leur découverte pourraient aussi ne pas être couvertes. Un petit défaut qui vient d’être découvert peut souvent être réglé facilement et à peu de frais par le couvreur, ce qui n’est pas le cas quand plusieurs mois se sont écoulés. Vous devez donner l’opportunité au couvreur de corriger toute défaillance dès sa découverte de manière à contenir les dégâts et régler la situation avant qu’elle ne s’accentue. 

 

Le transfert de votre garantie de toiture

La plupart des manufacturiers acceptent que la garantie de votre toiture soit transférée au nouvel acheteur de votre propriété lorsque vous la vendez. Chaque manufacturier a ses propres conditions, mais on peut dire que généralement: 

  • la période de transférabilité est de 10 à 20 ans. C’est donc dire si vous vendez votre propriété dans les 10 à 20 ans suivant l’installation de votre toiture, la balance de garantie pourra être transférée au nouveau propriétaire;
  • le manufacturier doit être avisé du changement de propriétaire. Vous devez contacter le manufacturier, certificat de garantie en main, pour l’aviser que la maison passe aux mains d’un nouveau propriétaire;
  • la garantie ne peut être transférée qu’une seule fois. Si vous respectez toutes les conditions, vous pourrez transférer votre garantie lors de la vente de votre maison. Cependant, celui qui achète votre maison ne pourra pas transférer la garantie à son tour. Elle prendra fin lorsqu’elle atteindra son échéance ou lorsque celui-ci vendra la propriété. 

Plus d’information sur les garanties

 

Comment entretenir une toiture de bardeau?

Heureusement, les toitures de bardeau ne demandent que très peu d’entretien! Cet entretien est toutefois essentiel pour prolonger leur durée de vie. Certaines attentions très simples vous permettront de garder votre toiture dans un état impeccable durant de longues années, comme: 

  • faire une inspection visuelle chaque printemps et chaque automne. Sans forcément monter sur la toiture, assurez-vous que tout semble normal. Portez une attention particulière aux faîtières et aux rives de la toiture, ainsi qu’aux solins (tôles) et aux puits de lumière;
  • vider les gouttières. Des gouttières bouchées retiennent l’eau et la glace, qui peuvent finir par s’infiltrer sous le bardeau. Prenez l’habitude d’y retirer les feuilles mortes, les branches et autres débris au moins deux fois par année;
  • faites déneiger votre toiture lorsque le niveau de neige atteint 60 cm. Lors de redoux ou de verglas, faites déglacer votre toiture par un professionnel. Si votre toiture est sous garantie, vous devez d’abord contacter l’entrepreneur qui a fait les travaux pour vous assurer que cette opération ne mettra pas fin à votre garantie;

Contactez-nous pour le déneigement et le déglaçage de votre toiture

  • évitez de circuler sur le toit. Sauf pour inspecter votre couverture, vous ne devriez pas circuler sur le toit;
  • évitez de suspendre des décorations au bardeau. Les lumières de Noël sont jolies, mais suspendez les plutôt à vos gouttières pour éviter d’endommager le bardeau;
  • faites refaire le calfeutrage aux 5 ans. Les enduits de calfeutrage exposés aux éléments ont une durée de vie limitée. Contactez un professionnel pour refaire les joints périodiquement et maximiser la durée de vie de votre toiture. 

 

Durée de vie d’une toiture de bardeau

La durée de vie d’une toiture de bardeau est influencée par cinq facteurs principaux: 

  • la conception de la toiture. Une toiture avec plusieurs jonctions et vallées risque de durer moins longtemps qu’une toiture dont la surface est plane et simple. Les vallées (noues) favorisant l’écoulement d’eau sur une surface restreinte, ces toitures ont tendance à souffrir de l’érosion causée par l’eau et la glace;
  • la qualité des matériaux. Les bardeaux se ressemblent mais ne sont pas tous égaux en terme de qualité. Outre l’épaisseur du bardeau, la qualité des ingrédients utilisés et la robustesse de sa structure influencent énormément leur durée de vie;
  • la qualité de l’installation. Les entrepreneurs méticuleux prennent certaines précautions supplémentaires au niveau de la pose et de l’étanchéification des différentes composantes. À long terme, ces petits détails permettent de gagner plusieurs années de durée de vie;
  • l’entretien. Une toiture entretenue chaque année durera plus longtemps qu’une toiture qui n’est pas entretenue. Dégager les feuilles des gouttières, déglacer au besoin et remplacer le calfeutrant sont quelques mesures qui prolongeront la durée de vie d’une toiture;
  • l’aération. Une toiture mal ventilée a tendance à surchauffer l’été. L’hiver, elle aura tendance à condenser à se couvrir de glace. La surchauffe, l’humidité et la glace sont des facteurs importants de la dégradation d’une toiture. 

 

Un expert comprend votre toiture

Un couvreur digne de confiance fait bien plus que remplacer votre bardeau: il comprend la synergie qui existe entre toutes les composantes d’une toiture. Son principal objectif est de bien faire les choses pour que votre nouvelle toiture soit étanche le plus longtemps possible. Il est en mesure de comprendre vos besoins, d’y trouver des solutions et de vous les proposer de manière à ce que vous les compreniez. 

Un expert connaît aussi ses produits sur le bout de ses doigts. Il peut vous expliquer les différences entre chaque option et la garantie rattachée à chaque produit.

Fiez-vous sur un expert, prenez des décisions éclairées!

Demandez-nous une soumission pour votre remplacement de toiture

Obtenez une estimation gratuite
en moins de 24h!